Avertir le modérateur

26 janvier 2007

Ah si jétais riche ! Parlons-en avec François Hollande

medium_FHollande_janv07.jpgRécit d'une soirée royale dans le NeufCube, au café La Rotonde, entre une Gauloise blonde avec filtre bobo et le Prince charmant de la Madone du Poitou...


Riche en euros ? Riche de rencontres ? Riche en voix ? Parlons-en avec François Hollande, de passage à Saint-Ouen mercredi 24 janvier 2007.
Discriminations, un mot sur toutes les bouches et tous les panneaux 4 mètres par 3 du moment. Alors, quand j'ai entendu Monsieur Royal dire « Je n'aime pas les riches, j'en conviens » sur France 2, mon sang de Gauloise blonde sans filtre du NeufCube atterrée sur son canapé IKEA n'a fait qu'un tour. Je me suis dit : Zora appelle tout de suite la Halde !


Sans dec', je plains le Prince Chacha de la Madone du Poitou. Être PS, propriétaire à Boulogne, payer l'ISF et ne pas aimer les riches, c'est aussi grave que s'appeler Éric Raoult et d'être maire UMP d'une ville du 9-3 qui comporte moins de 5% de logements sociaux, tout en se prenant pour un porte-parole du 9-3. Cette histoire de riche continuait de me turlupiner, d'autant plus que de la petite phrase, elle est passée au mal de tête digne d'un problème de baignoire avec un seuil critique de bains remuant à 4 000 euros.

Quand Le Parisien édition93 (nos « dernières nouvelles d'Alsace » à nous les outre-périphéens) nous annonce que la caravane des éléphants fera halte à Saint-Ouen le 24 janvier dans un café.
Me voilà donc, en bonne bobo disciplinée qui a lu le « p'tit Prince à 6 ans », entrain de préparer ma question : comment prendre la bonne décision pour mon désir d'avenir ? Je sens en effet le doublé gagnant augmentation-promotion à plein nez : SuperBoss est content de moi. Mais voilà est-ce qu'après les présidentielles et une éventuelle hausse des impôts ça vaudra la peine de bosser plus ? Le petit Prince de Neuilly nous dit que oui, mais la Madone du Poitou avec sa démocratie participative, on n'y comprend plus rien dans son programme. Comme j'ai des idées de droites et le cœur à gauche, je m'y perds là-dedans.

Monsieur Royal-Hollande, je vous propose de jouer à « qui veut gagner Mes millions ». Précision importante : vous n'avez pas le droit d'appeler une amie, ni de demander l'aide du public.

Réponse A) J'accepte la promotion. Dans la foulée j'augmente ma nounou, je consomme plus, je crée plus de valeurs. Je ne m'inquiète pas pour mes impôts, une nouvelle règle fiscale va être mise en place pour encourager le travail, qui est une valeur universelle et non une idéologie de gauche ou de droite.

OU

Réponse B) Je refuse la promotion : j'ai fait mes calculs. Entre les impôts qui augmentent, les frais de gardes d'enfants, le barème élevé de la cantine et des activités extra-scolaires, c'est plus rentable d'arrêter de travailler. Les revenus de l'assistance sont équivalents à ceux du travail. Pourquoi se fatiguer ? Les autres riches n'auront qu'à payer mes allocs et le chômage de ma nounou qui sera licenciée et qui arrêtera de consommer.

OU

Réponse C) Je ne peux pas me résigner à arrêter de bosser, comme déjà des milliers de Français je pars travailler en Belgique à la pression fiscale plus faible et plus fiable à long terme. Au pire, j'ouvrirai un magasin de tuniques Paul & Joe et robes Isabelle Marant et je pourrai continuer mes shopping dans la capitale de la mode située à 1h30 de TGV.

Bien, me voilà donc prête. Je chausse mes rollers (pneus de vélo bobos à plat), enfile mon pull Zadig & Voltaire de princesse gauloise du Neufcube et je file au café La Rotonde. Il est 20h, Prince François est en retard, heureusement le beau Chevalier et nouveau chef de la section PS locale, un Beurjois (beur qui a fait des études et travaille comme un bourge), est à la porte pour le baise-joues, et dispo pour papoter avec une bourgoise gauloise.
Annoncé à 19h30, c'est avec une heure et demie de retard, que François Hollande arrive finalement au café.

Prince Chacha a du prendre des cours au Djamel Comedy Club avant de traverser le périph' : « avec Ségolène il faut aller au rapport, dans le meilleur sens du terme… Je reviendrai donc à Saint-Ouen, c'est ce qu'elle appelle la politique par la preuve ».
Décidément, faut qu'il fasse gaffe aux Montebourdes Prince Chacha, parce que dans d'autres pays et d'autres temps, la preuve du rapport, c'est aussi la preuve de la virginité, et en politique encore plus qu'ailleurs, je crois que ça va être dur à trouver, y compris pour la Madone du Poitou 

Un barmaid interroge le dircab : « Tu crois qu'on peut installer Hollande derrière le bar ? » Et voilà Prince Chacha en Tom Cruise dans « Cocktail » la musique des Bee Gees en moins, le tout tendance « Les Bronzés » 40 ans après et sans Weight Watcher.
Les blogs, c'est super important et Prince Chacha a bien été briefé par le Dircab : « François, là c'est Olivier du blog de Saint-Ouen, répond en priorité à ses questions ». Prince Chacha se redresse, il n'aime peut-être pas les riches, mais les aristos du Net oui :

lesaudoniens.com : quelle est la valeur de gauche dont vous êtes le plus fier ?
FHollande : l'égalité, car ce n'est pas facile et qu'elle est souvent très fragile
lesaudoniens.com : quelle est la valeur de droite dont vous êtes le plus proche ?
F.Hollande : la liberté ; droite et gauche ont su combattre ensemble pour la reconquérir. En même temps, elle ne se résume pas à la liberté d'entreprendre. Je souhaite également reconquérir la liberté afin de permettre à chacun d'accéder au bonheur ... ».

Quelle transition de rêve, je suis juste à côté, et justement moi aussi je ne demande qu'à accéder au bonheur, si possible avec pas trop d'impôts, comme chez nos voisins européens.
Grand sourire, je me lance. Moi c'est, Zora : « quand vous avez dit, je m'aime pas les riches, ça m'a choquée, je trouve que c'est de la discrimination, d'autant plus que je suis dans votre tranche à 4 000 euros. Je bosse dur, j'ai crée un emploi, mais demain, je ne sais pas si je vais voter pour vous parce que je trouve que vous n'encourager pas du tout travail ».
F.Hollande : vous gagnez combien ? combien d'enfants ?
Il est dingue lui, on est à Saint-Ouen, pas à Manhattan !?!?
F.Hollande : « Bon alors, si je calcule, vous avez 3 parts… vous n'êtes pas riche alors, puisque cette mesure s'adressera à partir de 8 000 euros. » Question suivante !

La richesse ? Ce serait donc une affaire de calcul mental, d'addition et de soustraction ? Il compte Royal notre Prince Chacha. Pas de voix à prendre chez les riches, c'est plus simple de faire des maths pour déclarer sa flamme : je vous aime puisque vous n'êtes pas riche.
Et voilà, tout ça pour ça ? Une dame plus âgée s'énerve derrière le Bon, et bien, je suis un peu déçue, c'est ça la convivialité de la démocratie participative ? Je crois que je préfère encore lire les SMS dans l'émission de Fogiel ou hurler Patriiiiiiick au concert des Enfoirés.

Je rentre dans mon pav' de banlieue, euh pardon ma maison de ville de l'outre périphérie. J'allume la télé, et là je tombe sur France 2, « Les Arènes de France », débat : « les riches ont-ils raison de quitter la France ? »
J'ai vu juste dans mon questionnaire : tous les Français parte au pays d'Hergé. Il y a 10% de Français à Bruxelles, ça a doublé en 10 ans, et pas que des capitaines d'industrie, des familles de cadres sup aussi. Le nombre d'élèves au lycée français a doublé.
Stéphane Bern s'inquiète : « quand tous les riches seront partis comment allez-vous aider les pauvres ? ». Assouline, qui a pris la fusée sociale pour passer de Trotskiste à sénateur PS répond : « c'est de la fumée. ». Je crois bien que c'est ça au fond, la richesse ? du brouillard et toujours la télé qui s'enfume avec les tam tam du kandiraton. Mais moi, je m'en fous, ce que je veux c'est ne pas payer trop d'impôt et que les riches restent en France pour que ça profite à tout le monde.
Ben oui, je suis blonde. Le sénateur Assouline, avec son indemnité de 7 500 euros mensuels non imposables, s'énerve : « Sarko a-t-il pensé à Johnny quand il a dit : La France, aimez la ou quittez la ? ».

Ce que je sais moi, la gauloise blonde du NeufCube (le pays où il faut en faire 3 fois plus pour être entendu), c'est qu'on a besoin d'entrepreneurs qui n'ont pas peur de la diversité, tous comme les hommes politiques. La France, aimons là, mais pas n'importe comment ni à n'importe quel prix. De toute façon comme a dit Jacques Séguéla en Apparté chez Pascale Clark, votez pour vous !!!


LEXIQUE (le Bobo parle une langue à part, alors en plus s'il vient du 9-3…

HALDE :
Haute autorité de lutte contre les discriminations et les exclusions, présidée par Louis Schwetzer, ancien PdG de Renault.

Bobos : pour bourgeois-bohèmes, « nouvelle classe sociale entre les bourges et les prolos… qu'on des enfants bien élevés qu'on lu le p'tit Prince à 6 ans… » comme le dit la chanson de Renaud « Les Bobos ».

Prince Chacha : prince charmant, fais référence aux contes de fées et à la pièce de Théâtre « Et Après » mise en scène par Dominique Farrugia (Ex Nuls sur Canal+) avec Anne Depétrini, Florence Thomassin et ?.

Dircab : directeur de cabinet. Chaque homme politique en a un, qui n'a pas tilté sur le sens du mot « très disponible » sur l'annonce du job puisque le Dircab est à la fois en charge de la communication, des détails pratiques comme tenir le crayon pour les autographes ou le téléphone portable, et bien sûr le trône pour les pauses pipi entre 5 réunions publiques conviviales.

Pauvre point : autre nom du logiciel PowerPoint de Microsoft, qu'utilise tous les jeunes cadres dynamiques pour animer leurs réunions et mettre en valeur leurs projets. Dans les agences de Com', on appelle aussi ça des « Reco » pour recommandations clients.

Mac Powerbook G4 : modèle d'ordinateur de la marque APLE. Dans les milieux créatifs, la pub, les médias, on ne travaille pas sur ordinateur PC mais sur Mac.

Zora la Rousse : série TV co-produite en 1978 par RFA-Suisse-Yougoslavie (que des pays disparus..). Au début du XXe siècle, dans un petit village de Yougoslavie situé au bord de la mer Adriatique, dont l'héroïne est une jeune fille rousse appelée Zora. Chef d'une petite bande de garçons vagabonds, Zora vit avec eux dans les ruines d'un château ayant appartenu aux Uskoques, des chevaliers et navigateurs qui vivaient jadis dans la région, libres et fiers, et qui représentent un modèle pour Zora et sa bande. Pour faire partie de la bande, il faut réussir l'épreuve du couteau.


© rédactionnel Valérie Bernard

Cet article a été publié sur Agoravox, le média citoyen, le 6 février 2007

Rédacteur Agoravox

Commentaires

Excellent et en plus pédagogique :-))

Écrit par : Vienne | 13 septembre 2007

Quel talent, je suis sous charme, vive les blondes avec ou sans filtre

Écrit par : Jak | 13 septembre 2007

Bravo, pour le fond et la forme !
Vous résumez bien, je pense, le
sentiment des "privilégiés" qui ont la chance de bosser comme des fous pour
créer de la richesse... Un peu déboussolés, pas contre la justice sociale,
et l'assistance à ceux qui en ont besoin, mais perplexes quand ils sont
montrés du doigt : "sales riches"...

Écrit par : the rich | 13 septembre 2007

quoi ?? la Suisse a disparu ?
* merci pour le lexique :) ja'i particulièrement apprécié le "pauvre point"

Écrit par : 007 | 05 octobre 2007

Bravo, Zora,

Entre la lecture de ton blog et la rencontre d'une jeune maman de ton âge lors d'une sortie scolaire (école catho du 17e) je suis conforté dans mon opinion sur l'équipe municipale de notre ville. une question s'impose : qui peut porter mes espoirs d'un nouveau Saint Ouen?

Continues, je prendrai plaisir à te lire

Écrit par : ludo93 | 05 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu