Avertir le modérateur

26 septembre 2006

Sacrée soirée au Conseil Muni si pâle

medium_Mairie_DSC02151.4.JPG Lundi, j'ai passé une sacrée soirée, non pas devant ma télé.
Lundi soir j'étais "Au Théâtre ce soir" gratos avec les Schroumpf en guest star, autrement dit au conseil muni si pâle. C'était coloré et agité : les sans papiers en boubous, la délégation GDF en t-shirt bleu et la police municipale au grand complet (6 pers pour 43 000 habitants, sic).


Le DAL a eu exceptionnellement droit à la parole dans le cadre d'une suspension de séance pour demander le relogement des expulsés et sans-papiers du squat de la rue Jules Verne et l'inscription de leurs enfants dans les écoles ZEP de la rép' de Saint-Ouen.
Rémi Fargeas, l'élu Vert était mandaté pour répondre que ce n'est pas possible d'accueillir ces familles à Saint-Ouen. Ses copains cocos et socialo ont préféré le laisser seul maître à bord de l'arène.

L'élu divers droite n'a pas eu cette chance. La Schroumpfette de mairesse voulait bien qu'il parle, mais au début avant tout le monde et surtout pas à la fin pour ne pas lui laisser le dernier mot.
William Delannoy a quand même pris le micro, puis a haussé le ton pour se faire entendre quand la technique a coupé le son. Pour poser une question simple : « tout l'été vous avez parrainé des sans-papiers, en photo dans le journal, à la télé. Rappelez-moi le sens de votre engagement ? Il faut tous les régulariser tous les accueillir c'est ça ? C'est quoi au fait votre définition de l'accueil ? »

Ensuite, les Schroumpf se sont exprimés contre la privatisation de GDF, la perte de leurs avantages, la perte du service public.

L'élu UDF est intervenu, ou plutôt a pris une machine à remonter le temps avec les frères Bogdanoff.
Albert Kalydjian, comme a son habitude s'est télé porté à l'Assemblée Nationale sous la 3e République. Nous avons eu droit à un cours d'histoire sur la création de Gaz de France, Robert Schumann, les valeurs de la social-démocratie. Bref en 15 mn de discours interminable, nous avions déjà tous oublié les problèmes de Saint-Ouen en général et de ses expulsés en particulier.
Leurs enfants de 3 mois à 5 ans, sont pourtant là à côté de nous à 21h30 dans les escaliers de la mairie, alors qu'ils devraient être au lit depuis longtemps entrain de rêver à cette journée d'école de plus qu'ils vont rater à cause de la Schroumpfette.

Enfin, l'élu RPF (Pasqua) a pris le micro, il a cessé de couper son saucisson pour prendre la parole.
Ah oui, comme le Conseil démarre à 20h et que la mairie ne fournit pas le dîner aux élus, Jean-Jacques de la Rochette a décidé de se sustenter sur place. Jean-Jacques est remonté encore plus loin dans le temps : « vous savez quoi les gars, vous me faites penser aux aristos en 1789 qui s'accrochaient à leurs privilèges. Vous êtes comme eux, sauf qu'à l'époque on leur coupait la tête pour bien moins que vous. »

Si tout ça se passait à Neuilly ou à Lille, dans la ville d'une tête d'affiche socialiste ou ump, ça ferait longtemps qu'il y aurait eu la presse et la télé pour dénoncer l'incohérence entre les discours et la réalité. Mais voilà, Saint-Ouen n'intéresse personne, Saint-Ouen est abandonné là, aux portes de La Capitale.
J'ai aussi pensé à tous ces citoyens qui ne votent pas, qui ne participent pas à la vie locale parce qu'ils ne sentent pas investis et pas représentés.

Le Français est râleur certes, mais pendant ce temps les chiffres parlent d'eux-même : la majorité municipale actuelle (PCF+PS+Verts) a été élue avec 4 500 voix pour 40 000 habitants et 15 000 électeurs.

N'est-il pas temps de se bouger ? de se mobiliser ? de passer à l'action ?


© rédactionnel + photos Valérie Bernard

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu