Avertir le modérateur

09 décembre 2007

Grand Paris & banlieue : parlons-en... parlons-nous !

J'aurais pu aussi dire "Vous ne viendrez plus chez nous par hasard", ou bien "Prenez le temps d'aller vite" ou encore "Vous en avez rêvé... Lesaudoniens.com l'ont fait.

722a23777a5bacb44ad4710040c0572b.jpgEn tant que fille de pub, je souhaite relayer ici une initiative extra : une réunion-débat sur le Grand Paris organisée par le blog citoyen de Saint-Ouen.
Blog auquel je participe activement (sous mon vrai nom que certains ici connaissent) ainsi qu'à l'organisation de la soirée du 12, ce qui exlique mon retard de chroniques-chronique ;-)) Après, le 12 promis je me rattrapperai.

Le « Grand Paris », c’est pour vous, c’est votre cadre de vie et surtout celui de vos enfants. Il faut qu’à côté des politiques et des institutionnels, les citoyens s’expriment et participent au débat.


C’est dans cet esprit que lesaudoniens.com ont ouvert le débat sur leur blog et organisé la réunion du mercredi 12 décembre de 19h30 à 21h30 au CAP'J, 42 av G.Péri, 93400 Saint-Ouen, à 2 min du métro Garibaldi (ligne 13).

Parisiens, banlieusards, l’occasion de « franchir » les murs qui nous séparent parfois.

Des personnalités politiques participeront au débat :
- Philippe DALLIER, sénateur-maire des Pavillons-sous-Bois (93), chargé d'un rapport « La gouvernance en Île-de-France : quel avenir pour le Grand Paris ? ».
- Pierre MANSAT, adjoint au maire de Paris en charge des relations avec les collectivités territoriales d’Île-de-France.
- Jacqueline ROUILLON, maire de Saint-Ouen, conseillère générale, membre du secrétariat de la conférence métropolitaine;
- Bruno LEROUX, député de 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis;
- Francis GODARD, adjoint au maire de Saint-Ouen en charge de l’intercommunalité, président de l’université Paris Est – Marne-la-Vallée;
- Ronan KERREST, conseiller général, vice-président du CG 93;
- Michel BOURGAIN, maire de l'Île-Saint-Denis et vice-président de Plaine-Commune.

C’est une opportunité rare d’avoir autour de la table des hommes politiques, de sensibilités différentes et passionnés par le sujet.
Vous ne pouvez pas venir ? Alors posez vos questions sur lesaudoniens.com et nous transmettrons pendant la soirée.
A l'issue de cette première réunion citoyenne sur le sujet, un compte-rendu sera publié sur le blog citoyen de Saint-Ouen et remis aux acteurs politiques de notre territoire.

La blogosphère se mobilise pour notre réunion du 12 décembre, notamment :
Les jeunes libres, Quitterie DELMAS
Paris est sa banlieue, Jean-Paul CHAPON
Mon Aulnay, Jérôme Charré


---------------------------------- 

Conférence métropolitaine, SDRIF, départements, région Île-de-France, communes, intercommunalités... comment s’y retrouver ? Paris-banlieues, comment agir pour notre cadre de vie ?
Vous n'y comprenez rien ?
Alors, je vous propose de découvrir ici l'article publié par Olivier DECROCK (fondateur/webmaster Lesaudoniens.com) sur le blog citoyen de Saint-Ouen et sur Agoravox.fr.

--------------------------------

Grand Paris : coup dans le mille-feuilles franciliens ou base du mieux vivre en Île-de-France ?

L’idée d’un «Grand Paris» englobant la capitale et les communes alentour dans un rayon très variable refait régulièrement surface. Dès son arrivée aux manettes en 2001, le maire (PS) de Paris, Bertrand Delanoë, a engagé une politique des petits pas pour tisser des liens, parfois des partenariats, avec les collectivités territoriales situées de l’autre côté du périphérique. Jusque-là, la capitale vivait dans un splendide isolement: 29 communes et 3 départements touchent Paris, mais c’était chacun chez soi...

Après l’initiative de Bertrand Delanoë, qui, en juillet 2006, a créé la Conférence métropolitaine - une instance informelle de concertation regroupant des élus parisiens et de banlieue -, Nicolas Sarkozy, sitôt élu, a souhaité, lors d’un discours prononcé lors de l’inauguration de la Cité de l’architecture et du patrimoine au palais de Chaillot, « un nouveau projet d’aménagement global du Grand Paris ».

L’enjeu est de taille, il s’agit, à l’échelle d’un bassin de vie de plus de 6 millions d’habitants, représentant la zone dense de la région Île-de-France, de favoriser l’équité sociale et territoriale (enseignement, emplois, culture et loisirs), d’anticiper le changement climatique de contribuer à la protection de l’environnement (transports, logements) et de développer le rayonnement international de la métropole parisienne (concurrence de Londres, Berlin ou Milan).

Parallèlement à la Conférence métroplitaine et aux débats sur le « Grand Paris », se déroule actuellement l’enquête publique (15 octobre au 8 décembre 2007) sur la révision du SDRIF.

Le Schéma directeur de la région Île-de-France, s’il est adopté, doit dessiner, pour les vingt années à venir, les défis majeurs de notre cadre de vie importants à relever.
Logements, environnement, développement durable, transports en commun, le SDRIF a mis en exergue ces problématiques sans pour autant apporter de réponse satisfaisante aux habitants de la première couronne.

Dans le domaine des transports, le projet Métrophérique n’est pas abordé et les projets de prolongement des lignes de métro sont peu ambitieux, eu égard aux saturation rencontrées depuis longtemps sur les lignes 13, 4 du métro et B du RER. En revanche, le maire de Paris, pesant dans la balance plus que tous les maires de banlieue réunis, a obtenu la poursuite du chantier du tramway parisien. L’Etat de son côté impose son CDG (Charles de Gaulle)-Express sur les sillons existants au détriment des banlieusards.

Dans le domaine du logement, le SDRIF fixe à la région Île-de-France un objectif de 30 % de logements sociaux. Cela revient à dire que, sur les 60 000 logements à construire par an, pendant vingt ans, en Île-de-France, 53 % seront des logements sociaux. Le SDRIF fait le choix de « construire, la ville sur la ville » et de la « densification » afin d’éviter « l’étalement urbain ».

Cet objectif est en contradiction avec les souhaits des habitants de la première couronne qui souffrent d’un déficit cruel d’espaces verts (à Saint-Ouen, par exemple, il y a moins de 3 m2 d’espaces verts par habitant contre 50 m2 au Plessis-Robinson et 20 m2 recommandés par le CG93).
En outre, le 93, avec un doublement effectif du nombre de constructions de logements sociaux dans le département pendant vingt ans, continuera à supporter la demande croissante de logements sociaux dans la région. Bref, on est loin de réduire la ségrégation territoriale et sociale tant décriée...

L’Etat doit-il piloter la rénovation urbaine sans prévoir les transports en communs ?
La région et le STIF (Syndicat des transports de l’Île-de-France) doivent-il décider pour l’agglomération, sans que, au plus près, dans les départements et les villes, le dossier transport soit discuté et, au final, jouer seule face au poids de Paris, des départements de la petite couronne et des communes qui les composent ?

Pour beaucoup, le « Grand Paris », c’est-à-dire une nouvelle collectivité territoriale, dotée de compétences propres, à l’échelle des 6 millions d’habitants de Paris et de sa banlieue la plus proche, pourrait être la solution.

Cette nouvelle collectivité, peut importe qu’on la nomme « Grand Paris » ou « Paris Métropole » permettrait d’avoir une vue plus globale et surtout équitable, de tous les intérêts qui, jusqu’à lors, s’opposent dans le développement de notre métropole.

  • Dans le domaine économique, sans pour autant freiner le développement de La Défense, elle devrait permettre un rééquilibrage vers l’Est en harmonisant le taux de la Taxe professionnelle.
  • Dans le domaine des transports, elle devrait permettre un rééquilibrage au bénéfice de la banlieue, en finançant rapidement les prolongements des lignes 4 et 13 au nord de Paris ainsi que le projet de métrophérique.
  • Dans le domaine du logement, l’effort en logement social serait plus équitable : par exemple en favorisant l’accession à la propriété là où il est quasi inexistant et en construisant du logement social là où il y en a peu, voire pas.

Quelle est l’échelle de ce « Grand Paris » ?

  • Paris et les 29 communes limitrophes ?
  • L’ancien département de la Seine ?
  • Paris, les communes, les intercommunalités à fiscalité propre et les départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne ?
  • Si la limite des trois départements de la petite couronne est dépassée, jusqu’où aller ?
  • Les opposants au « Grand Paris » répondent, jusqu’aux limites de la région... Passer derrière les quatre villes nouvelles est aussi une possibilité.
Aujourd’hui, une telle collectivité de plein exercice se heurte à la répartition des pouvoirs entre les différents élus locaux (maire de Paris, maires des communes limitrophes, présidents des intercommunalités, présidents des Conseils généraux, président du Conseil régional) et au financement de cette nouvelle structure.
C’est pourquoi, il est essentiel de rappeler ici les trois principaux scénarios qui semblent sur la table actuellement :

Le premier projet qui a réactivé le débat est porté par le maire de Paris.

Bertrand Delanoë a initié il y a plus d’un an la Conférence métropolitaine. Le 5 décembre dernier à Vincennes, ses membres ont adopté le principe de la tenue d’Assises de l’agglomération parisienne, en juin 2008, à l’issue des élections municipales.

L’idée serait de créer une nouvelle communauté d’agglomération regroupant Paris et les villes de la première couronne. Il est probable que dans cette logique, il souhaite bénéficier des aides que l’Etat alloue aux autres communautés d’agglomération françaises. Compte tenu de sa taille, on estime que cela représenterait pour celui-ci une charge supplémentaire de 500 millions d’euros par an.

Il y a ensuite, le projet plus récent qui est porté par Philippe Dallier (sénateur UMP de Seine-Saint-Denis).

Il vise à la fusion des trois départements périphériques (92, 93, 94) avec celui de Paris au profit de la constitution d’une nouvelle collectivité locale, dotée de compétences nouvelles : en matière de développement économique, de transport de logements et de sécurité.
Dans ce scénario, les compétences restantes seraient éclatées entre la région et les communes qui se trouveraient ainsi renforcées.
Philippe Dallier ajoute que les citoyens auraient un lien direct avec les futurs élus du « Grand Paris » par le biais d’élections directes - scrutin d’arrondissement avec des cantons élargis. Les conseillers éliraient ensuite un président du « Grand Paris ».

Tout l’enjeu de ce projet réside dans le fait de faire mieux sans pour autant dépenser plus en supprimant un échelon administratif inutile à ses yeux, compte tenu de la spécificité francilienne :les départements de Paris et de la petite couronne.

Enfin, le troisième projet est celui d’un développement multipolaire ou en « marguerite », avec en son centre Paris et en périphérie des grosses intercommunalités. C’est en particulier le modèle défendu par Patrick Braouzec, le président de Plaine-Commune.

Pour les citoyens, une autre question se pose également : celle de l’identité et de la légitimité d’un tel territoire aux yeux de ses habitants. Cette dernière notion n’est pas la moins importante.Tant que les habitants du « Grand Paris » ne partageront pas le sentiment d’appartenir à une même métropole, rien ne pourra avancer sur ce dossier.
C’est pourquoi il est important que les citoyens se saisissent de ce dossier.

Olivier DECROCK. 

-----------------------------------

 
GRAND PARIS, WEBOGRAPHIE

20minutes.fr, 6 juil 07 : «Grand Paris : les élus réagissent ».
Courrier International.com, 18 oct 07 : » Ma ville demain ? ».
Repris aussi dans Archicool.com
Sénat.fr, Philippe Dallier: « L'avenir institutionnel du Grand Paris ».
Blog Patrick Braouzec : « Au centre la banlieue ».
Association des maires d'Ile-de-France.
Ville de Paris.fr, coopération Paris-Banlieue.
Le Monde.fr, 5 déc 07 : « La création d'un grand Paris se heurte aux conseils généraux ».
Architecture2007.com, 21 nov 07 : SDRIF versus Grand Paris ?
Libération.fr, 30 oct 07 : « Grand Paris, un cas d'espace ».
Le Figaro.fr, 14 oct 07 : « Grand Paris, tours... les projets de Sarkozy ».
Le Monde.fr, 27 sept 07 : « La création d'un Grand Paris coûterait cher aux villes riches et à l'Etat ».
JDD.fr, 28 juil 07 : « Le Grand Paris divise ».
Libération.fr, 28 juin 07 : « Nouveau tour de piste pour le «Grand Paris».
Libération.fr, 8 juil 06 : « Le grand Paris vaut bien une conférence métropolitaine »
Blog Paris est sa banlieue : « Qui a peur d'un Grand Paris ou pourquoi Paris est aujourd'hui coincé et sclérosé dans sa ceinture périphérique comme dans un rempart ? »
Paris/Banlieues : Conflits & solidarités (1788-2006), éd. Créaphis, 2007, 479 pages.
Blog Pierre Mansat : « Paris Banlieues et Grand Paris, questions urbaines ».
Revue urbanisme.fr, dossier Grand Paris.
L'Humanité.fr
, 30 juin 07 : « Paris-banlieues une longue histoire ».
Architecte Roland Castro, mai 2006 : « Grand Paris, c'est un projet pour l'égalité urbaine ».

Commentaires

intéressante initiative!

la priorité devrait être aux transports inter-banlieues .... parent pauvre perpétuel. Je reste encore agacée 10 ans plus tard de l'amer constat que j'avais fait de retour dans mon coin de banlieue après 2 ans dans l'Oise : je mettais moins de temps pour aller de Crépy en valois à Gare du Nord (65km environ) en tortillard que pour faire Argenteuil-Le Vésinet en transport (20 km) .... evidemment , çà a fini, j'allais travailler en voiture (au prix du rachat d'un 2ème véhicule) , économisant ainsi 2h de mon temps (30 mn au lieu d'1h30 par trajet) .
Maintenant je suis plus loin de Paris, ma ligne de transport est un cauchemard (l'autre bout du RER D) ... : pannes et retard à répétitions, quotidiens quasiment ...

Écrit par : minimoi | 11 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu