Avertir le modérateur

17 septembre 2008

De l’immobilité… à l’action ?

Electrochoc.pngJ’ai hésité à appeler cet article « Ligne 13, amours et trahisons ».
Amour, parce que depuis ma naissance (voir même ma conception en transit via maman), la 13 est de toutes mes premières fois : de la sortie maternelle au dernier job, en passant par les stations Brevet des Collèges, boum, premier meeting politique, premier baiser, premier entretien d’embauche, premiers chagrins, grands bonheurs, la ligne de la vie quoi.Ligne13_6.jpg

Trahison, parce qu’hier, jour de lancement de la semaine européenne de l’éco-mobilité durable (respirez, c’est dur à dire, mais c’est pour votre/notre bien…), la ligne 13 du métro parisien s’est encore une fois (de trop) figée dans l’immobilité malheureusement durable.


19062008(006).jpg29 min d’attente (contre 15 min de trajet effectif si tout va bien), hier soir 21h30, c’est le délai affiché à Miromesnil sur le panneau lumineux pour le Train bleu (celui qui mène à Saint-Denis, pas le restau d’où Nikita s’échappe par la fenêtre Gare de Lyon) et 6 min pour le jaune (direction Gennevilliers).

Pourquoi cette injustice de temps d’attente ? Racisme bleu-jaune ? Incident technique ? Soit le 13 millième problème de signalisation sur La ligne 13, la plus difficile du métro parisien. La Cosette de la RATP bat tous les records : une densité de plus de quatre personnes au m2 et un taux de charge de 116% aux heures de pointe. Détails projets « dé-saturation ligne » et chiffres clés dans ma chronique « Les Sardines ont la parole - épisode 1 ».

19062008(012).jpg Wagon blindé, je prend la décision (le risque ?) de jouer mon avenir : jaune pair et gagne ? avec pour objectif-cible La Fourche et surtout l’espoir que les choses s’arrangent, ou même soyons fous, de finir à pieds ou en taxi jusqu’à mon coin de 9cube.

Après 20 minutes de voyage en lessiveuse à essorage violent, compressée par des voisins-voisines qui ne doivent pas (assez) consacrer de « temps de cerveau disponible » à dévorer les écrans publicitaires des déodorants et autres gels douche, j’arrive à La Fourche.
« Problème de signalisation », nous dit « La Voix ».
Contrairement à Secret Story, la réalité est plus forte que la télé : nous ne savons pas si ce sera « Tout pour le moment ».

Le métro marque des arrêts variables de 2 à 6 minutes (interminables en collé-serré-apné) entre chaque station, le temps pour nous, bétail abandonné de la Ligne 13, d’admirer en détails les nombreuses œuvres murales qui ornent les tunnels.
Arrivée à La Fourche, comme d’autres qui souhaitent poursuivre côté bleu, je descend, heureuse d’avoir approché (même péniblement, la 13 enseigne la résilience) mon but : ouf, plus que 4 stations. Il est 22h.

Le panneau affiche 19 minutes, puis 11 la seconde d’après, welcome dans le casino de la ligne 13… J’hésite... appel à Chouchou prêt à venir à la rescousse d’un coup de break familial. N’appelez pas la Ddass, Fifi Brindacier et Miss Star Ac’ ne resteront pas seules au pays des rêves, notre voisine veillera sur elles, par babyphone interposé.

Ligne13_5.jpgJe prends l’option bleu, impair et gagne. Raté : après 16 minutes d’attente (et pas 11), le métro arrive enfin, blindé.
Ça pousse, je me prends pour la Jenna de Rosnay du Funboard sur vague humaine, triple loops piqué sur escarpins, réception sur un pied, me voilà écrasée, mais dedans. C’est gagné, je suis sur le podium.
Zut, j’ai oublié le masque et les bouteilles.
La ligne 13, nouveau sport olympique interdit aux handicapés, femmes enceintes, personnes âgés et enfants en bas âge. Un triathlon d’un nouveau genre : funboard, plongée et patinage artistique, le tout sur un sol vibrant façon essorage des machines époque Mère Denis d’avant les normes écolo-durablo-mobilo-truc.

Les portes restent ouvertes, personne ne bouge. Au bout de 5 minutes les soupirs se font entendre ainsi que quelques timides clameurs : « y en a marre, c’est toujours pareil cette ligne ».
Je suis impressionnée par l’immobilisme : le wagon (sur la ligne 13, ça fait du monde…) se tait, résigné, dans un silence bruyant d’inquiétude. Je bous, de colère et de chaleur, sauf qu’on n’est pas au Hamman Pacha et qu’une séance de gommage-massage ne m’attend pas après la suée.


« La Voix » daigne enfin nous parler : « suite à un problème de signalisation, le service est interrompu ». Pas le souvenir d’un mot d’excuse, toutefois dans ma grande mansuétude, je laisse à « La Voix » le bénéfice du doute…
Image 3.png
Tiens et si je demandais à « La Voix » sa définition de l’éco-mobilité durable ? Sûrement pas d’appeler Chouchou et son break diesel à la rescousse…
Soyez éco-mobile, Dépensez moins, gagnez du temps vivez mieux, nous promet le site officiel du Ministère des transports.
Comment vous dire, Monsieur éco-quizz, là tout de suite ça ne va pas être possible... Promouvoir des solutions alternatives de transports. Ah, oui mais sans Vélib’ en banlieue, on fait comment ? Les pieds ? Quid de la colle chimique pour refaire mes talons ?
Chiffrer l'impact de mes trajets (à l'aide de mon calculateur éco-mobile) pas besoin de dépliant... : compressée tout le temps, énervée souvent... Volume des rejets de stress sur l'environnement ? Garder le sens de l’humour ? Tant que ça ne pollue pas l’esprit d’autrui…

J’hésite… Et si je lançais là tout de suite un mouvement collectif de guérilla-marketing ?
Genre on s’assoit tous par terre, avec refus de bouger jusqu’à ce que la RATP mette à notre dispo une solution alternative de transport (des bus ?) pour nous conduire à bon port ? Bien sûr, le temps que la police arrive, j’envois mails, textos et post vidéo sur Youtube, Dailymotion et 20minutes.fr grâce à mon super blackberry Fourmi immobilier. C’est que, contrairement à la ligne 13, je suis mobile moi…
Zut, EDWIGE va me ficher comme dangereuse activiste.

226152654.png Fatigue, châleur, je divague et m’imagine face à mon patron :
- « Suite à un problème de signalisation, le service est interrompu. Mon cerveau ne connecte plus ses neurones, le dossier bidule vous le finirez tout seul ».
- « Mais ça fait au moins 5 ans que vous avez des problèmes de signalisation. Depuis le temps, vous n’avez pas trouvé de solution ? ».
-
« Si, la méthode Coué : une campagne (et un budget...) communication, qui affirme partout qu'on est super fort pour tout organiser et améliorer ».

« La Voix » interrompt ma rêverie : - « Suite à un problème de signalisation, le service est interrompu, veuillez emprunter les correspondances ». Sauf que, à La Fourche : il n’y a aucune correspondance. Démerdez-vous.
Et toujours ce silence rythmé par les soupirs : personne ne dira rien.

Travailleurs modestes des banlieues popu, cadres parisiens expatriés, touristes maltraités, unissez-vous dans la fourbitude, ne restez pas paralysés par un sentiment légitime d’impuissance ! La foule grimpe les escaliers et se disperse dans la ville lumière assombrie.
Alors, me vient cette idée, totalement extrémiste, mais dans un cas pareil n’est-ce pas la seule solution ?

L’Appel des usagers de la Ligne 13 : compte tenu de la fréquence des incidents et des conditions atroces de transport, nous usagers de la Ligne 13, nous unissons pour ne plus payer notre titre de transport, tant qu’un service de bus de remplacement ne sera pas opérationnel en cas de pertubations du trafic.

Cet appel serait ensuite signé, enregistré sur Internet (sur le même modèle que l’excellente pétition ensemble pour la Ligne 13 que je vous INVITE à signer), diffusé aux médias et aux leaders d’opinions, mais aussi imprimé et présenté aux contrôleurs.
Arrêtons de payer nos tickets de bétaillère, qui au lieu de nous conduire vers les bonheurs de la vie, nous mènent régulièrement vers les retards à l’école, au travail, aux loisirs.
Non au métro cauchemard, oui au métro bonheur !

Qu’en pensez-vous ?


@ suivre donc... © rédactionnel ZoralaRousse 93 pour chroniquesmabanlieue.com


Image 4.pngEpilogue
Force, calme, maîtrise : nous promet la pub RATP vue ce matin... Message subliminal : les transports en commun, une lutte de tous les jours ?
Heureusement, ma ville je l'aime et pas besoin des slogans RATP pour me convaincre...

Commentaires

Quel enfer... Si à la longue, le manque de réaction des usagers doit lasser, c'est tout de même mieux que les esprits ne s'échauffent pas trop sur le moment?
Je ne prends jamais la 13, mais je connais ce sentiment, donc si mobilisation il y a, je serai de la partie.

Écrit par : sheily | 18 septembre 2008

J'ai lu attentivement votre chronique quasi sensuelle ("mais il est fou lui!") sur vos bonheurs et nos malheurs sur la ligne 13.
Nous nous croisons chère chroniqueuse du neuf cube, sur la ligne 13 de vos amours. Je viens modestement d'une autre banlieue, le 9 prem's, et la ligne 13 est un ravissement chaque matin et chaque soir. Depuis un an, je retrouve avec émotion sur la ligne 13 les subtilités mobiles-éco-durables que je connais depuis plus longtemps encore sur la ligne D du RER. Problème de signalisation, problème d'alimentation, problème voyageurs, problème de régulation, problème, problème, j'écris ton nom.
Impassible en apparence, énervé au fond, le quotidien du cityen-éco-durable relève de la schyzophrénie : je me fais mal et je n'aime pas ça, mais j'en veux encore.
Mais quel espoir tout de même, car depuis que je lis votreblog, je surveille vos escarpins. Un bonheur prochain sur la ligne 13 ?

Écrit par : damien | 18 septembre 2008

et oui comme Damien, je partage tes turpitudes sur une ligne RER -la même- certes, mais on a les mêmes soucis, un poil moins compressés tout de même.
Alors tes pétitions, tes initiatives, je les soutiendrais à 300% ....

Écrit par : minimoi | 18 septembre 2008

Je rentre tout juste du Japon où les transports en communs sont blasants d'efficacité ! Et pourtant avec presque 40 millions d'habitants dans l'aglomération de Tokyo, avec un nombre assez incroyable de sociétés différentes privées ou publiques se partageant les moyens de transports en communs, on aurait pu craindre le pire. Mais non. Tout est ponctualité, capacité, rapidité, confort, fréquence (un RER toutes les 2 minutes, un train de banlieu toutes les 5) et respect ! Bref efficacité.

Mais bon, ça a du bien les pannes de notre bon réseau parisien. Arrivé à Charles de Gaulle... Annonce micro : "En raison d'une panne d'electricité, le trajet est gratuit jusqu'à gare du nord". Ami touriste, tu ne parle pas français ? tant pis !

Écrit par : Matthieu | 18 septembre 2008

Les remarques sont amusantes et bien tournees. Ce qui doit etre encore plus amusant ce seraient qq interviews de salaries d'Alstom Transport qui prennent la 13 tous les matins...
Comme methode de protestation pacifique, je conseille aussi d'etudier le depot de nos ordures menageres sur les quais (je n'incite pas a les repandre sur le quai, simplement a les deposer dans leurs sacs, en particulier sur les quais sans escalator). Les stations deviendront rapidement insalubres et les rats pourront bien s'eclater devant les cameras...

Écrit par : Kashmir00 | 22 septembre 2008

Le métro en france c'est franchement décourageant!!

Écrit par : restaurant a paris | 16 octobre 2008

sauf que chez nous a toulouse, le métro est est vraiment nikel... je connais rennes aussi, et ben il est nikel egalement... si la ratp rattrapait son retard en matière de renouvellement des lignes...

Écrit par : reunion toulouse | 17 février 2009

Bon travail, cet article est parfait pour les novices comme moi. Ca fait du bien de vous lire !

Écrit par : online | 23 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu