Avertir le modérateur

22 avril 2009

Spectateurs de la ville ?

C’est un mercredi d’automne a priori comme les autres et pourtant, il va devenir l’un de ces jours Scrabble compte triple de ma traversée du périf’.
Il fait encore beau et les mamans de la danse m’ont recommandé le petit parc juste derrière le cour de Miss Star Ac, « aire de jeux et banc », de quoi occuper 1 heure Fifi Brindacier et sa maman.

ParcAtlas1.jpg Quelques rues plus loin, une structure de jeux envahie de grafittis, trône au milieu des arbres décharnés, de la pelouse élimée et des détritus colorés, sans doute pour remplacer les fleurs oubliées.
- « c’est moche et sale ici maman ».

Pour la première fois depuis notre emménagement, j’ai honte d’emmener ma fille dans un endroit pareil.
Dans ce coin de 9cube, pourtant à 2 km à vol d'oiseau de Paname, on est (très) loin des pelouses, certes interdites mais rutilantes du square des Batignolles. Notre hub social d’avant le 9cube. Son manège, sa buvette, ses arbres, mais aussi son édifiante répartition de l’espace façon « apartheid urbain » : là des nounous d’Afrique et d’Asie, ici le coin des Rttistes pères ou mères en déculpabilisations Dolto-freudieno-urbaines, et bien sûr là-bas l’incontournable FAF, pour faction hyperactive des mères au foyer.

C’est en m’approchant plus près de la structure de jeu, que je comprends pourquoi, au-delà de la saleté environnante, je suis également frappée par l’atmosphère pesante. Quelques enfants et leurs accompagnants jouent bien dans le parc, mais à l’écart de la grande structure taggée, comme s’ils l’a fuyaient.


Trois adolescentes sont assises en haut du toboggan, fières d’avoir pris possession de la forteresse et de déposer leurs sceaux à l’aide de gros marker.
Je ne réfléchis pas, je me lance à la reconquête du château, sans violence.

Quels mots choisir ? Pas de joker, ni de coup de fil à un ami dans ce jeu urbain, à l’époque tout nouveau pour moi
(depuis presque 6 ans maintenant – pensez au chroniques en stock sur le sujet – j’ai mon stock de vannes selon les circonstances mini motos, crachats, grafittis, abandons lassifs de papier et autres canettes…).
Humour : - « Au Roi Merlin à côté, il paraît qu’il font des promos sur les peintures…. Ben oui, tant qu’à apporter une touche colorée et personnelle à cet endroit sinistre… ».
Moraliste : - « Vous écrivez sur les murs chez vous ? Savez-vous que l’aire de jeux est réservé aux 4-10 ans », merci de laisser la place aux enfants ».
Résigné : - « Auriez-vous l’obligeance de bien vouloir laisser les enfants faire du toboggan ? ».

Sauvée par Fifi : « Maman, ze voudrait faire du toboggan, mais les filles prennent toute la place. Hey, faudrait leur dire que c’est pas bien d’écrire sur les murs ».
La triplette tendance pub 0-12 Benetton des eigthies fait mine de n’avoir rien entendu mais stoppe le tag. Je me lance :
« Bonjour mesdemoiselles, ce serait sympa de laisser la place aux enfants, vous ne croyez pas que vous avez passé l’âge de jouer ici ?

- T’es qui toi, pour nous dire ce qu’on doit faire ? hein !?!
Allez venez les filles, on se casse ».

Je ne sais pas quoi dire. Le plus dingue, c’est que je me sens coupable de les avoir fait partir, tout en sachant qu’il y a plusieurs bibliothèques dans la ville, un centre d’animation pour les jeunes avec tout plein d’activités.

Au loin, retentissement des mots qui me transpercent et achèvent de me culpabiliser : « sale bourge, on r’viendra avec nos potes et nos frères t’faire la peau ».

Arggh, argh… Ah, le bonheur du mercredi au square avec ses enfants à ne penser à rien…
Me voilà tout d’un coup téléportée dans les cours d’histoire et français de Mademoiselle Fabre en 5e3 : le réalisme social, le poids et l’influence de l’environnement sur les comportements suite à l’étude de Germinal. Mademoiselle Fabre aurait-elle raison, est-ce l'environnement qui corromp l'Homme, ou bien l'inverse ?

Quelle triste idée les RTT, rester au boulot n’est-ce pas plus reposantpour les neurones finalement ?

Fifi encore, tombe à pic pour m’interrompre dans mes rêveries sociétalo-bobo-urbanistiques.
- « Non, je ne suis pas une princesse blonde, suis chatain clair, et pis j’ai pas envie que tu me sauves. Toute façon, c’est moche ici et ça ressemble pas à un château.
- Heu, sois gentilles avec le petit garçon. Comment tu t’appelles ?
- Ryan, me réponds sa maman voilée aux yeux impeccablement maquillés, que même après 3 stages smoky-eyes chez Sephora j'y arriverai pas. Un regard lumineux, un visage si soigné, que je me sens minable avec mes vieilles Converse, mon jean, mes cheveux en bataille et mon visage pâle vierge de tout maquillage, comme la plupart des mercredis
.
-
« Vous avez eu raison madame de les faire partir. C’est bien que des gens comme vous arrivent par ici. »
-
« Vous aussi vous pouvez leur parler, protester ».

Echange de sourires complices.
-
«Vous, vous êtes française, alors c’est différent.
-
« Vous aussi vous êtes française.
-
« Oui française de papier, mais pas française en France ».

Regard gêné de la dame, qui se met à finalement à rêver tout haut : « Ce qu’il faudrait déjà, c’est que le square soit entretenu avec des fleurs, plus de poubelles, nettoyage des graffitis ».
- « Et pourquoi pas un manège»

- « On n’est pas à Neuilly ici, M’dame », rétorque un papy à la voix forte, aux accents titiparisien.

De quoi y s'mêle l'espion du PCF pourrait-on lire dans mes pensées de "sale bourge révoltée" ;-)) Trop de pression, je m’emporte et réponds un peu agressivement, je l’avoue : « Riches ou pauvres, de Neuilly, de Romorantin ou Saint-Ouen, on a tous le droit d’avoir de beaux espaces verts pour nous et nos enfants. Merde alors. »

- « Voilà pile poil s’qu’on dit avec les camarades de la section, les bourgeois comme vous arrivent ici et vont chasser les pauvres plus loin ».
J’opte pour l’humour finalement, pas bon pour les rides de s'énerver, et pis vu son âge c'est pas maintenant que je vais convaincre ce papymilitant :
- « Ben ouais M'sieur, le mur de Berlin est tombé et maintenant on sait qu’on peut tous vivre ensemble… Un truc de dingue ».


Puis, il se passe un truc incroyable, la maman voilée sort de sa réserve, le western urbain vire à la brêve de trottoir façon café philo.
- « Voir des gens comme Madame, c’est bien parce que ça veut dire qu’ici ça peut peut-être changer.
Les Français, y sont tous partis y a longtemps. Avant, à mon étage, y avait Portugais, Yougo, Français, Marocains, Algériens, c’était bien, c’était plus paisible
.
Moi j’ai de la chance, mes 2 aînés travaillent bien à l’école et ne trainent pas comme ces filles, mais j’ai peur pour eux, pour moi, je sais bien que le collège ici ce n’est pas bien, mais je n’ai pas d’autres solutions
».

Le camarade bougonne.
C’est déjà l’heure d’aller récupérer Miss Star Ac’.

ParcAtlas2.jpgLes questions se bousculent, cacophonie dans ma tête.
Comment la municipalité peux-t-elle abandonner à ce point un espace vert ?

Et les habitants ?
Le racisme social, ça se soigne ?
Ne pas se résigner, ne pas baisser les bras, rester ici, y croire. S’engager pour que ça change.

@ suivre donc...
© rédactionnel Valérie Bernard pour chroniquesmabanlieue.com

 

Commentaires

Je suis de ceux qui pense que le racisme est souvent plus social que racial (je suis bien placée pour en parler).
Et je ne vois effectivement pas d'autre solution que l'engagement pour que ça change. Ce qui est triste, c'est que ça ne devrait pas être.

Écrit par : sheily | 23 avril 2009

bonjour !
j'ai lu une chronique basée sur un bouquin paru récemment. La thèse est aussi imparable que "destructrice" pour les débats à la mode. L'idée est de dire que toutes les discussions autour de la DIVERSITE sont biaisées d'entrée de jeu. En effet, LA grande question c'est la PAUVRETE. Il y a concordance entre ces deux notions dans de trop nombreux cas. Mais il est démontré que s'attaquer à la PAUVRETE c'est lutter contre ce qui touche toutes les catégories sociales et toutes les origines.
Bien sûr il y a un sujet particulier qui est la diversité. Mais l'EXCLUSION tient avant tout à la PAUVRETE. Cela renvoie aussi à l'éducation, la citoyenneté....
Ainsi, dans le 9-3, le 9-1 et même dans le 7-5-0-1-7, les squares sont témoins de certains effets de la pauvreté...ou de la richesse !

Valérie, vous êtes une BOURGE....ohlala la honte...tellement BOURGE que le 9-3 a eu raison de vous accueillir. Résultat : la mixité se refait peut-être une place. N'en déplaise aux ados qui n'ont pas appris à ne pas ruiner les jouets de leurs petits frères et de leurs voisins. N'en déplaise aux vieux cons qui ont oublié que ça peut être bien de vivre ensemble, avec ou sans foulard sur la tête.

Écrit par : damien | 23 avril 2009

Hum...C'est V.Samson qui chantait " et celui qui ne bouge pas ne se trompe qu'une seule fois..." Continuez ! Tenez nous au courant car VRAIMENT vous lire est un plaisir !
Bises à la petitoune :-) qui a une chouette maman !

Écrit par : ROSSET-FEYDEL | 23 avril 2009

Bonsoir, j'ai lu avec attention votre article, pour cause, cela fait 17 ans que je traîne mes guettres et mes enfants dans ce parc. Je l'ai vu se détériorer, tomber dans l'oubli, être fermé pendant un an puis réouvert sans aucune modification apportée, condamné à une entrée pour cause de trafic de drogue!

Oh oui, ça nous prend aux tripes, on a envie de bouger, parfois même on le fait (pétition...) mais la Mairie et ses représentants s'en contrefichent.

Malgré tout, revenez-y un après-midi de beau temps, il est rempli de cris de joie d'enfants, de premiers pas des petits, de discussions aussi futiles qu'agréables, de parents détendus (ou résignés : y'a pas tant d'espaces "verts" que cela dans le coin), d'enfants qui jouent et se laissent glisser le long de ce grand mur taggé (il y a 13 ans, il y a avait un grand toboggan jugé trop dangereux... C'est vrai que le mur c'est mieux!). Et peut-être même que vous pourrez participer à la pause café assise sur l'herbe (en évitant soigneusement les crottes de chien!) car ce petit coin oublié du monde reste un lieu un peu privilégié dans cette ville, de rencontres, d'amitiés, d'échanges..

Karine

Écrit par : Karine | 24 avril 2009

moi aussi, j'ai dû (depuis 4 mois) aller vivre en HLM dans des quartiers sensibles suite à grosse perte de salaire... et j'avoue que cela n'est pas évident car il y a des "règles d'or à respecter"... C'est vrai, "c'est la jungle" et j'ai peur et vu le comportement des autres c'est pareil... (j'ai beau écouter le slam de GCM... suis pas rassurée du tout) Les gens des autres confessions... se connaîssent pratiquement tous et ont l'air solidaire entre eux= leur force... mais, ceux qui m'effraye vraîment, sont les alcooliques, drogués, malade mentaux etc... mais bon, je ne traîne pas et j'ai pas le choix et je vais devoir faire avec... ALORS, SOYONS COURAGEUX.

Écrit par : bridget | 24 avril 2009

Très beau billet, pouvez-vous cependant corriger Romanrantin en Romorantin (désolé j'ai du sang solognot).

Écrit par : Seine Saint Denis | 25 avril 2009

toujorus les mêms clichés nazes véhiculés sur ce blog miroir d'un ego surdimensionné qui se donne à lire avec un style et une morale des plus niaises.

heureusement que votre retard "chronique de chroniques" comem j'ai pu le ire dans un autre billet n'est pas comblé.

Écrit par : touf | 26 avril 2009

@Sheily
Je suis bien d'accord avec vous et je garde espoir !

@Damien
C'est toujours un plaisir de vous lire, merci.

@ROSSET-FEYDEL
Merci, promis je vais tâcher de rester à la hauteur et ce n'en déplaisent à certains courageux bougons anonymes comme Touf ;-))

@Karine
Bienvenue et surtout j'espère à bientôt. Depuis que les horaires de la danse ont évolué avec l'âge des Blondes et que je bosse désormais les mercredis, nous sommes "abonnés" au parc du Château. Mais si l'occasion le permet, votre com' nous pousse à retourner faire un tour au parc de l'Atlas.

@Brigdet
Comme vous je suis très impressionnée par les forts liens de solidarité tissés entre certaines mamans de mon quartier, une vraie leçon de vie. Courage pour vous et votre famille.

@Seine-Saint-Denis
Merci à vous, c'est corrigé.

@Touf
Pourquoi pas ouvrir votre propre blog : vous pourrez alors faire partager vos impressions sur la (vraie) vie à Saint-Ouen.
Arrêtez de vous torturer les neurones : personne ne vous oblige à lire des chroniques qui vous déplaisent... d'autant plus que les autres lecteurs de ce blog ne partagent pas votre avis...

Écrit par : ChroniquesMaBanlieue | 26 avril 2009

@touf
Que pensez-vous du cliché photographique de ce square, dans ce cas ?
Vous semble-t-il d'un meilleur style pour imaginer y faire jouer vos enfants ?

Écrit par : BV | 26 avril 2009

je me sens moins seule depuis qq temps. Je connais bien le square de la cité Soubise, il est à l'image de la ville et de ses infrastructures collectives (hors le nouveau quartier du RER qui retient semble t-il toutes les attentions) : dégradé, sale, repaire de trafics. A croire que la municipalité est persuadée que les audoniens aiment vivre dans la m..........
et dans les fumées des incinérateurs (autre sujet).
La seule beauté de cette ville tient dans bon nombre de ses habitants divers et variés, chaleureux, simples. Et l'arrivée de nouveaux habitants tels que vous qui s'impliquent dans la vie de la cité font espérer qu'un jour peut-être Saint-Ouen deviendra une ville agréable.

Écrit par : Barbara | 28 avril 2009

Bravo quelle "tranche de vie"!C'est si bien rendu que même si je ne fréquente plus ,depuis longtemps ,les squares...je me suis cru à Saint-Ouen!

Écrit par : M'FAINZ | 30 avril 2009

@BV
Merci d'avoir essayer, mais Touf est toujours le même courageux (et frustré ?) à différents pseudos, mais une seule adresse IP...

@Barbara
Saint-Ouen regorge d'atouts et de charmes (parfois cachés), allez piocher parmi certaines de mes anciennes chroniques... Et vous avez bien raison, en attendant certaines améliorations de la qualité de vie, les Audoniens et Audoniennes sont beaucoup des personnalités très attachantes. Merci à vous.

@ M'FAINZ
Merci : de savoir que quelqu'un d'aussi érudit et audonien de longue date que vous a apprécié cette chronique, ça me va droit au coeur.

Écrit par : ChroniquesMaBanlieue | 30 avril 2009

On peut comprendre la réaction du papy militant, la nouvelle municipalité (qui n'est pas si nouvelle que cela puisque la ville reste communiste) a fait pas mal d'expropriations pour construire les beaux immeubles tout neufs dans lesquels les bobos parisiens du 18è viennent loger à des loyers qui entraînent une inflation des prix alentours.

Les vieux audoniens peinent pour joindre les 2 bouts et en face ils ont une classe sociale intermédiaire qui vient leur en mettre plein la vue en se croyant en terrain conquis.

Je ne doute pas qu'au bout de 6 ans vous connaissiez St Ouen un peu mieux. Vous devez donc savoir qu'il n'y a pas grand chose à faire du fait du budget limité de la Ville, et osons le dire de sa gestion archaïque.

Le problème de St Ouen, c'est sa pauvreté. Il n'y a pas assez de recettes pour ce qui apparait "normal" ailleurs, et il y a peu de terrains disponibles. Comme toutes les municipalités communistes franciliennes, St Ouen cumule tous les défauts honteux, même plus une charcut', des trafics à tous les coins de rues sombres, des agressions physiques jusque dans les collèges et un environnement glauque.

Je connais bien, ma frangine y vit et le père de mon neveu est audonien de naissance. St Ouen est la seule commune de France où je ne peux pas m'arrêter quelque part pour prendre un café. Brrrr

Écrit par : clairdelune | 07 mai 2009

Merci pour ces tranches de vies beaucoup plus instructives que 100 blogs commentant des éditoriaux de la presse sans rien y ajouter.

Écrit par : Le libéralisme pour les débutants | 16 mai 2009

@ Clair de Lune et Libéralisme
Merci de vos commentaires, ça m'encourage à continuer, même si en ce moment pour cause de nouvelles responsabilités professionnelles, je n'ai malheureusement pas assez de temps pour mes chroniques...

Écrit par : ChroniquesMaBanlieue | 17 mai 2009

Je connais un jeune de 20 ans, en terminal, qui vient de cesser le lycée. Evidemment il n'ira pas aux épreuves du bac et il va se retrouver paumé. Non seulement les parents ne l'ont pas aidé à s'orienter, ou au moins à maintenir un certain niveau de motivation, mais en plus ils ferment l'appartement lorsqu'ils sont au travail. Le jeune reste dehors, à la rue. Le dialogue est totalement rompu avec le père qui ne veut plus entendre parler de lui. Un peu comme un chien dont on veut se débarrasser, on le laisse sur le bord de la route.

L'école s'occupe de la formation, mais ce n'est pas suffisant si l'éducation par les parents n'existe pas.

Il faudrait un organisme d'assistance sociale qui s'occupe de la famille entière pour éduquer à la fois les parents et les enfants. En fait le plus dur ce n'est pas l'éducation des enfants, c'est celle des parents qui doivent admettre de se remettre en cause.

On peut avoir une idée de comment cela pourrait se passer avec l'exemple simpliste de Super Nanny où les parents changent leur comportement et où ça fini toujours bien.

Mais dire à un adulte qu'il s'y prends mal pour éduquer ses enfants est un message difficile à faire passer.

C'est plus simple pour les parents de prétendre que tout ces malheurs c'est à cause du racisme et des barres d'immeubles. C'est vrai que ce contexte vicieux est très handicapant. Mais c'est un très bon pretexte pour finalement laisser de coté l'éducation des enfants en se disant que c'est l'école ou la rue qui s'en chargera.

Si j'étais au gouvernement, je proposerai une loi qui interdirait définitivement la construction d'habitations de plus de 1 étage ! Tout devra être construit à l'horizontal. Ainsi, terminé les problèmes de ghettos, de bruit, de voisins, d'entassement à la verticale. Il faut prendre toute la place disponible en surface. C'est sûr que c'est plus cher à construire, à entretenir, et surtout à déplacer les habitants dans les transports collectifs.... Les tours d'habitation encore en état seront progressivement transformées en lieux de travail. On peut rêver !

Cela n'empêchera pas les populations de se regrouper selon leur ethnie ou leur origine, et de former des quartiers identitaires comme on peut le voir dans n'importe quel pays, et où les habitants construisent des repères sociaux et culturels qui leur permettent de forger leur identité et d'entretenir les traditions. C'est dans la nature humaine, chacun de nous se sent attaché à une identité collective, si si... en cherchant un peu chacun peut trouver. Cette identité est même revendiquée et défendue tout au long de notre vie par nous même, de façon volontaire ou implicite. C'est elle qui nous dicte notre façon de vivre, et par exemple notre façon d'éduquer nos enfants. Cela à l'insu de notre plein gré, en quelque sorte, on fait, on pense et on se comporte comme l'ont fait nos parents. C'est un genre d'automatisme, ou de reflexe, collectif.

Lorsqu'on essaye de mélanger les ethnies dans les barres d'immeuble, de façon aléatoire selon la disponibilté des logements et l'origine des occupants, ça se passe souvent mal au départ. Les moins tolérants qui ne supportent plus des voisins agressifs finissent par s'en aller. Les espagnols et italiens des années 50 ont été remplacés par les africains et les magrébins qui ont l'air de relativement bien s'entendre.

Donc ce n'est pas dans le lieu d'habitation que peut se faire l'intégration, puisqu'à terme les ethnies s'y regroupent. C'est même pire, un danois jette de l'huile sur le feu et enfonce le clou en disant "L’intégration des Musulmans dans nos sociétés occidentales est impossible" ( http://www.drzz.info/article-30363030.html ). Je ne suis pas certain qu'il devrait employer le terme Musulman... En Bosnie-Herzégovine les musulmans sont-ils occidentaux ? Bref, on va laisser ce terme là, que j'ai mit entre parenthèse dans la citation suivante de ce danois : "Ma propre expérience est que les (musulmans) ne comprennent pas notre façon toute occidentale de gérer les conflits par le dialogue. Ils sont élevés dans une culture comportant des figures d’autorités et des conséquences externes à l’individu et très bien définies. La tradition occidentale, qui utilise compromis et introspections comme principaux outils pour gérer les conflits tant intérieurs qu’extérieurs, est considérée comme une faiblesse dans la culture (musulmane). Dans une large mesure, ils ne comprennent tout simplement pas cette façon plus douce et plus humaniste de traiter les affaires sociales." J'aurai remplacé "musulman" par "arabe" dans le sens ethnique du terme tel que c'est expliqué dans wikipédia ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Arabe_(ethnie) ). Cela englobe donc une population ayant une identité linguistique et culturelle commune allant de l'Arabie à la Mauritanie. Dont par exemple les berbères qui se seraient bien passé de l'islamisation et qui voudraient bien ne pas être musulmans.

Donc les arabes nord africains ont imigré en Europe et un psychologue danois nous dit que l'entente sociale avec les occidentaux n'est fondamentalement pas possible.

Autre citation plus explicite : "Dans la culture occidentale et dans d'autres cultures non (musulmanes), comme en Asie, l'agressivité ou une brusque explosion de colère sont vues comme comportements que l’on regrette par la suite et dont on aura honte. C’est complètement l’inverse dans la culture (musulmane). Si quelqu'un bafoue votre honneur - ce que j'appelle en tant que psychologue la confiance en soi – il est attendu de vous que vous démontriez votre agressivité, et souvent également, que vous vous vengiez tant verbalement que physiquement. Ainsi, l'agressivité vous donne un statut inférieur dans nos cultures, mais un statut plus élevé dans la culture (musulmane)..... c'est une culture excessivement forte et une culture très fière. C'est certainement un attribut qui peut garantir la survie d’une ancienne culture à travers le temps... Malheureusement, une culture forte et fière rend également ses membres presque incapables de s'adapter à d'autres valeurs."

Lorsque les premiers immigrés sont arrivés pour travailler en France à partir des années 1950, les français ont ressentie cela et ont fait en sorte de "mater" cette agressivité et cette fierté. Pas question de se laisser marcher sur les pieds n'est ce pas ? Déjà les colons français en Afrique du nord avaient bien préparé les mentalités en faisant comprendre aux arabes qui sont les plus intelligents.

Les français sont maintenant politiquement corrects, c'est dans l'air du temps. Mais dans le fond, les mentalités n'ont pas changés. Les français imbus de leur personne tenteront vainement de faire changer le comportement des arabes fiers d'eux même. Nous sommes aussi têtus les uns que les autres. Cela semble être gravé dans nos gênes. Et le français sait ce qu'il veut, et il l'obtient, surtout quand il se sent agressé ou insoumis : révolution française en 1789, resistance et reconquête du pays en 1945. L'arabe est un conquérant prédateur qui s'approprie ce dont il a besoin, et cela a commencé en Arabie, bien avant Mahomet. Et cela s'est terminé au 8ème siècle avec Charles Martel ! D'où vient cette mentalité arabe ? Je vous invite à lire au moins le chapitre 2 du livre "L'islam et la psychologie du musulman" ( http://islam.romandie.com/get/2217/IslamServier1923.pdf ). Ce livre date de 1923, et selon notre propre culture on pourrait le prendre soit comme le fondement du racisme en France, soit comme un simple livre historique, à vous de juger. En tout cas c'est un best seller dans les blogs !

Maintenant la France et l'Europe sont en paix avec elles même, démocratie oblige, et avec ses voisins. Tout le monde a baissé la garde, il n'y a plus de service militaire car il n'y a pas besoin de défendre les frontières. Mai 68 a révolutionné les esprits : laissons la jeunesse se construire elle même, cessons les crises d'autoritarisme, soyons plus cool....

La volonté de conquête des arabes semble être toujours présente, et le dernier territoire à conquérir ce sont les esprits des occidentaux qui se sont donc endormis sur leur lauriers. Les français resistent, comme ils savent le faire. D'ailleurs ils ne se rendent même pas compte qu'ils résistent, ils le font par reflexe. Alors on dit que l'ascenseur social est en panne.

Écrit par : Diidiier | 30 mai 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu