Avertir le modérateur

03 septembre 2009

la Décroissance m'a tuée ?

_Carte Media Card_BlackBerry_pictures_IMG00091-20090903-1053.jpgArrivée à 8h à l'Université d'été du MEDEF beau levé de soleil sur la campagne, il y a même un tracteur pile face au campus d'HEC.
Je prends mon badge, avec une seule idée en tête : trouver un café.
Que nenni ! il faudra attendre 9h finalement pour boire le breuvage recherché : les patrons ne sont pas des lève-tôt ?!

Ça m’aura laissé le temps de choisir (cf. chronique ici), finalement ce matin, ce sera la conférence « décroissance prospère ». Un oxymore décoiffant ?
Né de la Décroissance, un mouvement altermondialiste et écologique grimpant, conjugué avec une forme de sobriété heureuse, le tout pour s’opposer à une mondialisation débridée.
Enthousiaste, je me dis que j’ai fais le bon choix, finalement la décroissance prospère serait le monde d’après avoir compris à quoi ne servent pas les économistes, la conférence que je rate donc à l’instant où j’écris ces lignes.

Dans l’amphi Blondeau d’HEC, je pensais trouver des réponses… Il est 10h10, après 45 minutes de conf, suis déjà très déprimée.


Saskia Sassen, seule femme à bord, rétorque que, « de toutes façon on est super nombreux sur la planète et que ça ne sert à rien de vouloir être moins nombreux. »
Yves Cochet, élu khmer vert me terrorise : « il faut supprimer les alloc au 3e enfant, nous sommes trop nombreux ».

Bernard van Craynest, syndicaliste à la CFE-CGC nous rappelle que « sans industrie forte, il n’y a pas de prospérité. »

IMG00090-20090903-0948.jpgGerman Steligov, une sorte d’illuminé chrétien tendance intégriste, moujik du troc et apotre du retour aux sources s’y oppose lui à la course à la productivité. Il prône le retour à la campagne sans eau, ni électricité et sans la décadence de la ferme célébrités. Il invite même les Français à « venir s’installer dans des Isbas en Russie, il reste de la place.» Le Français y est très bienvenu, parce qu’à ses yeux plus « durablement » compatible que le Tadjik.

Tout un programme, inquiétant tout ça, tout de même.

Hughes Rialan, financier chez Robecco, nous prédit « qu’après la crise Internet, la crise immobilière, ce qui vient c’est la crise des dettes des gouvernements, les mêmes gouvernements qui s’endettent pour fabriquer des plans de relance. Si on veut préserver, partager la prospérité, ce chemin de la décroissance est inévitable, qu’on le veuille ou pas ». Cool.

On allume le gaz tout de suite, avant d’être surtaxé, et on meurt asphyxié de CO2 ? Pendant que la planète marche, certes parfois à l’envers, avec de grandes inégalités, notre débat lui tourne en rond, dans la déprime, la culpabilisation. On s’auto flagelle sur l’Homme monstrueux de capitalisme dégoulinant. La malade est très malade, mais point de traitement ?

Heureusement, Saskia, élève le niveau masculin du débat : la solution, serait de mieux respecter l’environnement, recycler… au sud du nouveau ? L’économie verte, internet seraient aussi des pistes. Tout ça pour ça ?

10h24, il me reste 2 minutes de batteries et dans les amphis d’HEC, point de prise électrique, ou alors je ne l’ai pas trouvé.

Un photographe de presse, sans doute interpellé par mon claver, m’aborde : journaliste ? Non, blogueuse citoyenne.
« Déprimant tout ça ! Moi, je vous le dis, il faut jouir de la vie, enfin jouir citoyennement »

Quel beau mot de la fin ! Dans mon Isba à HEC, plus de courant pour mon Macbook, signe du destin ? La décroissance m’a tuée.

Vite je file recharger mes batteries (au propre à l’électricité nucléaire et au figuré...) à la salle blogueurs avant d’aller voir Elkabach en chair et en os : Face à moi, sur l’estrade le mec qui parle tous les matins dans ma salle de bains pendant que je me lave les dents.
Thème : Le capitalisme sera éthique ou ne sera pas ?

J’y croiserai peut-être des objecteurs de croissance ? Si je trouve des solutions pour sauver la planète, promis je vous tiens au courant, en live-bogging bien sûr !

@ suivre donc.
© rédactionnel Valérie Bernard pour chroniquesmabanlieue.com

Commentaires

mouarf, ton récit m'amène inévitablement des images à l'esprit.... celles d'une pub récente pour une voiture... si seulement certains pouvaient ne plus verser dans la caricature catastrophiste ... le retour dans les cavernes, ben voyons. (une certaine dose de décroissance me semble inévitable mais peut être pas à ce point là quand même)

Écrit par : minimoi | 03 septembre 2009

Soyons sérieux, on ne vas quand même pas baser notre analyse ou jugement d'un mouvement (soit la décroissance) à travers une pub automobile (wolkswagen ou bmw me semble-t-il) le caricaturant au possible ?! Rassurez-moi, parce que à la lecture du commentaire de minimoi c'est ce dont j'ai l'impression. C'est un peu comme si on essayait de se faire une idée de qu'est-ce-que la démocratie à travers une vidéo de propagande chinoise...
Ainsi donc il faut tout de même préciser que les objecteurs de croissance ne prônent pas le retour aux cavernes.

Soit dit en passant, le constructeur automobile a bien fais son coup avec cette pub puisque il décridibilise des idées déjà mis à mal dans l'imaginaire des gens, et surtout simplifie la pollution que représente une voiture à sa simple émission de CO2 (qu'il entreprend de diminuer certes, mais ça reste ne voiture quand même) ; et de finir par la phrase "on ne peut pas vivre sans emmètre de CO2, mais on peut au moins en emmètre le moins possible"... " j'aurais plutôt dit "on ne peut pas vivre sans se déplacer en voiture, mais on peut au moins limiter nos achats et déplacement"... Cela me paraît plus pertinent.

Ensuite, on ne peut pas dire que l'article fasse vraiment l'éloge de la décroissance (ce que je ne souhaite pas forcément), et il ne donne pas non plus envie de s'intéresser à ce mouvement (ce qui est + dommageable). Je tiens donc à préciser que cela reste une conférence dans le cadre de l'université d'été du médef (dont je ne vois pas vraiment l'intérêt de prôner ces idées, mais offrons lui le bénéfice du doute...). Quant aux paroles de Yves Cochet, il faut savoir que le poil d'un grand nombre d'objecteurs de croissance se hérisse fortement lorsqu'ils entendent des propos de la sorte(« il faut supprimer les alloc au 3e enfant, nous sommes trop nombreux ».) (qui ne sont pas occasionnels chez Cochet, malgré tout le bien qu'on peut en penser pour avoir porter le thème de la décroissance à l'assemblée nationale récemment).

Enfin, il m'as semblé que Yves Rabhi était présent à cette conférence, qu'en est-il ressorti ?

Écrit par : zug | 03 septembre 2009

@zug: je vous rassure , je ne juge pas la décroissance à ce clip . Je m'intéresse de façon bien plus complète à ce qu'ellel propose (j'ai un certain nombre de "vrais" livres sur le sujet, j'ai même l'impression d'avoir été élevée par une famille qui la pratiquait à la méthode Mr Jourdain ... et cela bien avant que çà soit "à la mode") .
Non si j'ai fait référence à cette publicité, c'est à cause de la description du conférencier russe ... assez proche non?
et c'est vrai (mais peut être est une interprétation fausse) que j'ai ressenti la description de la conférence comme poussant à un jusque-boutisme qui fait fuir la plupart des gens.

Écrit par : minimoi | 03 septembre 2009

assez proche oui, mais certainement assez fausse.

Quand au "jusque-boutisme qui fait fuir la plupart des gens" ressenti dans l'article, peut-être était-ce le but du medef... ?

Écrit par : zug | 03 septembre 2009

probablement que présenter la décroissance comme un repoussoir satisfait effectivement plus d'un groupe industriel.

Écrit par : minimoi | 03 septembre 2009

On ne choisira pas la décroissance, on la subie déjà. Même notre premier ministre ne peut plus nier que nous sommes à la fin des énergies fossiles (voir son élocution d'aujourd'hui) Pour l'instant on fait encore les beaux devant nos écrans.

Je prends le pari que dans moins de 10ans, nous serons tous à vélo et en guerre.

@_ï Franck @_ï

Écrit par : Les escargots cauchoix | 03 septembre 2009

En vélo c'est déjà fait ;-)

et la guerre est évitable, si on se met à réfléchir ce qui apparemment trop contraignant pour l'humain.

Et ce que l'on subie n'est pas une décroissance choisie, mais plutôt une récession subie. (si, si, c'est différent)

Écrit par : zug | 04 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu