Avertir le modérateur

30 octobre 2009

Le 9-3, Le Monde et le Yalta Territorial : avez-vous peur ?

Image 3.pngMalgré la la multiplication des annonces ministérielles, le 9-3 n'a pas rattrapé son retard en termes d'emploi, d'éducation et de sécurité. 4 ans après la crise des banlieues, la Seine-Saint-Denis connaît toujours une situation exceptionnelle.

Forcément,
cette Radiographie sans tabous du département français le plus visité par les ministres de la République, radiographie réalisée par le journaliste Luc Bronner pour Le Monde, m'a perturbée.

Son constat en 6 points
(L'immigration, comment faire face ?, Les bureaux de cadres blancs, la face cachée du "9-3, Un département sous perfusion publique, Laboratoire du futur qui manque de moyens pour le présent, Sécurité : la violence, un combat jamais terminé, La crise, ultime paradoxe) est malheureusement celui d'une triste réalité.

La réalité de l'un des départements les plus pauvres de France, celui que les médias citent en exemple pour illustrer le moindre mal français, celui aussi que les médias ne montrent quasi pas, quand il s'agit de mettre en avant de belles initiatives pour s'en sortir (cf. chronique téléclichés).

Il y a le feu à la baraque ?!


Pour reprendre un terme cher à Philippe Dallier, un sénateur-maire du 9-3 qui n'a pas la langue dans sa poche (chronique ici). Un terme et des explications, que je lance parfois comme des appels au secours, lorsque j'en ai la possibilité, quand je participe à des débats et autres conférences.

Martineperif.jpgQuestions à un million d'euros :

  • Combien coûte l'éradication de la misère humaine et sociale, à travers l'éducation et la formation ? Et combien coûte le fait de mettre un policier dans chaque lycée de France ?
    Et combien coûte la construction de prisons ou les versements d'allocation, plutôt que d'avoir investi dans l'accompagnement scolaire, ainsi que des formations et primes pour les professeurs ?
  • A quand la fin de la démission quasi criminelle des pouvoirs publics et l'absence d'un véritable investissement, le tout soutenus par le Yalta territorial des partis politiques (garde tes R-mistes, je garde mes ISF-ables, à chacun son mandat et ses électeurs qui vont avec).

  • Le Grand Paris sera-t-il un levier pour apporter la mixité sociale, là où il n'y en a pas (dans les ghetos de riches, comme les ghettos de pauvres) pour mettre fin aux apartheids urbains dont sont victimes les habitants de la région qui produit pourtant 30% du PIB français ?
    Ou Le Grand Paris sera-t-il un moyen (de plus ?) de maintenir les ghettos, comme par exemple à Saint-Ouen, où le Maire de Paris à prévu (avec l'accord du Maire de Saint-Ouen), comme ses prédécesseurs pourtant du camp opposé, de construire envrion 4 000 logements sociaux dans 14 tours de 16 étages avec vue imprenable sur un incinérateur de déchets et une usine de chauffage urbain (cf. chronique ici).

C'est vendredi, et vous l'avez compris, cet article du Monde m'a mise en colère : La seine-Saint-Denis appartient peut-être au G20, mais je me demande bien pourquoi la volonté politique y semble 20 fois plus timide (ou limitéé aux déclarations d'intentions), au point de nous prendre en otage, nous les Outres-Périphéens, dans la "prison" du dogmatisme politique.

A quelques jours des 20 ans de la chute du mur de Berlin, j'aimerai simplement pouvoir croire encore dans la force des hommes et des femmes, pour casser (encore) d'autres murs mentaux et physiques.

Et vous, vous en pensez quoi ? La banlieue vous fait-elle peur ? Et le 9-3 en particulier ?
Comment mettre fin au Yalta Territorial ?

Le 93 en chiffres (source : Le Monde)

  • 22,4 % de progression du nombre d'étrangers entre 1999 et 2006 (contre 3,7 % sur l'ensemble de la France).
  • 4 milliards d'euros d'investissement public pour la rénovation urbaine d'ici à 2012.
  • 1 472 violences sur dépositaires de la sécurité publique en 2008, contre 1 137 en 2005.
  • 18 800 euros : le revenu net moyen par foyer (contre 28 700 euros en Ile-de-France).
  • 1,4 million de m2 de bureaux construits depuis 1999. »

@suivre donc...©rédactionnel Valérie Bernard chroniquesmabanlieue.com

// --> // --> // --> // -->

Pour aller plus loin : lisez le livre de Judith Revel Qui a peur de la banlieue ?

Automne 2005 : les banlieues françaises font les gros titres des médias dans le monde entier, jusqu’aux plus alarmistes. Judith Revel connaît la banlieue pour y avoir enseigné plusieurs
années. Ce livre est né de son désir de témoigner de cette expérience et de l’analyser, en philosophe. Elle reproduit des pages de son journal qu’elle a tenu pendant ses années d’enseignement en banlieue, retrace les événements marquants et propose son analyse.
Elle décortique ce qui a émergé de nouveau dans ces conflits, dans ces banlieues communément
jugées improductives. Et pose les possibilités d’une nouvelle citoyenneté, bien au-delà de ces seuls territoires.

L’auteur : Judith Revel est philosophe, italianiste et traductrice, spécialiste de la pensée française contemporaine. Après de nombreuses années passées en Italie, elle est actuellementmaître de conférences à l'Université de Paris I. Elle a enseigné plusieurs années en banlieue parisienne, dans un lycée. Elle est notamment l’auteur de Michel Foucault. Expériences de la pensée (Bordas) et Dictionnaire Foucault (Ellipses).

Commentaires

Chère Madame Revel,
Vous êtes philosophe et Maître de Conférence à l'Université. Cela ne vous suffit-il pas ? Devez-vous absolument venir fouler les plate-bandes des Traducteurs ? Laissez aux seuls Traducteurs, diplômés des Ecoles de Traduction, le soin de traduire ...
Merci.
"Confraternellement vôtre",
AL en colère aussi.

Écrit par : Anne LEMAIRE | 31 octobre 2009

Très bon article que nous insérons dans nos pages puisque nous sommes un blog en Seine-Saint-Denis.
Espérons que les commentaires ne déraperons pas dans les clichés et stéréotypes pour apporter des arguments plutôt constructifs.

Écrit par : JENB Productions | 31 octobre 2009

Cet article du Monde, surprenant par sa lucidité "politiquement incorrecte", a au moins le mérite de dresser un inventaire précis, réaliste mais malheureusement déprimant de la situation dans le 93.

Je suis moi aussi trés choqué par l'accord signé entre le maire de Paris et celui de Saint-Ouen permettant le retour des tours dans une ville pourtant en mauvais état (les récents évènements qui ont fait la une de l'actualité en sont une triste illustration).

J'ai pourtant voté pour l'équipe actuelle , sans grande conviction il est vrai, mais le maire promettait de rétablir une certaine mixité sociale rompant ainsi avec la politique de ses prédécesseurs.

On s'aperçoit aujourd'hui avec cet accord entre M. Delanoë et Mme Rouillon (dont le contenu n'a été dévoilé qu'après les elections) qu'il n'en ai rien.

Finalement les ghetos existent parce que cela arrange tout le Monde et que peut faire le citoyen lamda pour eviter ça ? La seule solution n'est-elle pas finalement de pratiquer l'alternance politique ? ne jamais laisser une même tendance politique trop longtemps à la tête d'une ville pour eviter les excés d'un coté ou de l'autre?
Bref il faudrait que le 93 bascule à droite (et le 92 à gauche) mais c'est bien ce que les maires en place veulent éviter en augmentant de toute urgence le nombre de HLM dans leur ville, ce qui explique peut-être ce regain d'intérêt pour les Tours...

Écrit par : Dominik | 01 novembre 2009

Je l'ai dit sur un autre blog mais cette politique du "trop" social, qui exonère en passant les autres communes de faire leur quota, risque de sonner le glas de cette mairie et de son équipe de privilégiés qui travaillent plus à la "lutte des places" qu'à la "lutte des classes" : comment rester ? en construisant des ghettos où les gens seront tellement sous perfusion en tous genres (la drogue est aussi un bon moyen d'éviter la réflexion plolitique") qu'ils ne dépendront que de nous et voteront pour nous... l'horreur ! La lobotomisation version communiste ; ainsi naît la rancoeur, la haine, la xénophobie qui font que son voisin de palier devient son ennemi, que c'est tellement plus facile que de remettre un certain système en question. Et aussi vive vos amités avec Nexity et Bouygues ! ca rapporte quoi, combien au juste les subventions pour les logements sociaux, c'est ça qui vous fait courir ? Mieux vaut 55 000 habitants qui vivotent et râlent ou 45 000 qui sont heureux d'habiter leur ville ? A ce propos, où habite madame le maire, Saint Ouen ou Enghien ? En tout état de cause, la bataille ne sera pas gagnée par l'équipe au pouvoir de cette façon, la colère monte partout et ça ne doit pas s'arrêter ! La mairie, à terme, se tirera un balle dans le pieds !

Écrit par : thyrion | 01 novembre 2009

Je pense que ce qui est le plus grave pour l'IDF(ou le"Grand Paris"),le 9-3 ou Saint-Ouen c'est de continuer à ne rien faire.Et cela est rendu possible par l'opposition de différents pouvoirs(état,région,départements,communes)qui s'interpénètrent et se neutralisent.
Comme à votre habitude,Valérie,votre cri de colère(de douleur?)est émouvant mais j'ai bien peur qu'il ne serve à rien.A quelques mois des régionales,on ne voit se dessiner aucun programme pour l'IDF.Les états majors politiques sont trop occupés par leurs alliances(leurs"combinaisons")du 1er ou du 2nd tour sans que jamais ne soit évoqué un quelconque projet pour l'IDF.
Je m'illusionnais,non sur la possibilité de réduire la fracture sociale,mais de faire avancer certains projets(transports en commun,constructions...etc...)lorsque Sarkozy a nommé Blanc.Mais eux aussi semblent s'être englués dans ce marécage.Ne sont pas Sully ou Haussmann qui veut...

Écrit par : M'FAINZ | 01 novembre 2009

Merci de vos commentaires et surtout pour le partage d'impressions.

@Anne LEMAIRE
Je peux comprendre votre colère, en revanche je ne vois pas bien le rapport avec ma chronique ;-)

@ JENB Productions
Cher blogueur de Noisy-le-Sec, grand merci à vous.

@Dominik
Merci d'être passé par ici.
Excellente idée cette alternance 92 à gauche et 93 à droite, je partage tout à fait.
Je propose également, toujours pas souci d'alternance et afin d'éviter une forme "de confort moral" et de facilité à tomber dans les "magouilles du pouvoir" de limiter tous les mandats (maire, député...) à 2 mandats maxi.
Ceci aussi pour permettre à de nouvelles générations, mais aussi aux femmes (10% de femmes maire des grandes villes de France) et autres minorités de pouvoir (enfin) émerger en politique !

@M'FAINZ
Merci d'apprécier et de partager ;-))
Je précise qu'au-delà "du cri", il y a l'engagement concret sur le terrain, depuis mon arrivée outre-périf en 2003.
Sans oublier que cette chronique, tout comme ce blog sont très très lus. Cet article est par exemple en Une des lecteurs (http://www.20minutes.fr/lecteurs.php) depuis vendredi matin (20minutes est le 4e site d'infos français...).

Rappelons aussi que, "les habitants ont la ville qu'ils méritent" par le vote et/ou l'inaction... Raler dans son salon ou sa cuisine est plus facile qu'agir ;-)
A nous les citoyens, de nous battre et l'association ACQSO (www.acqso.og) auquelle j'appartiens, mais aussi d'autres assos sur Saint-Ouen ne comptent pas baisser les bras.
M'FAINZ : rejoignez-nous, rejoignez-les !

Écrit par : ChroniquesMaBanlieue | 01 novembre 2009

Si le citoyen passif que je suis ne s'engage pas,n'agit pas...n'aura-t-il plus le droit d'exprimer ses idées(si insuffisantes et ridicules soient-elles)?

Écrit par : M'FAINZ | 01 novembre 2009

@ M'FAINZ
Vos idées ne sont pas insignifiantes et sont toujours les bienvenues ;-)

Écrit par : ChroniquesMaBanlieue | 01 novembre 2009

la banlieue ? peuh!!!elle n'impressionne personne...surtout qu'ils finissent par abattre les tours et à faire partir les voyous...

Écrit par : rocco | 01 novembre 2009

Entièrement d'accord avec vous sur notre responsabilité dans la situation actuelle par notre passivité : j'ai jusqu'ici compté uniquement sur mon bulletin de vote pour faire bouger (ou plutôt ne pas faire bouger) les choses. Je me suis décidé à intervenir contre ce projet des Docks en allant voir le commissaire enquetteur au moment de la révison du PLU pour lui faire part de mon inquiétude . C'était une action bien modeste mais un premier pas pour moi qui m'a donné envie de continuer... Oui, nous avons la ville (et donc aussi la région) que l'on mérite, à nous de bouger pour la faire changer.

Écrit par : Dominik | 02 novembre 2009

Moi ce n est pas compliqué , en banlieue , je n y vais pas , pour la raison suivante
-je n ai pas de passeport pour ce pays d émigrés
désolé..
mais il faut etre franc dans la vie et en + je tiens à ma peau
papy+60 ans

Écrit par : Marcel | 02 novembre 2009

10 % seulement des immigrés viennent en France pour travailler

"Les immigrés d'Afrique, qui représentent l'essentiel des flux migratoires, arrivent presque tous en France au titre du regroupement familial. La plupart ne viennent pas en France pour travailler. En 2007, 90 % des nouvelles cartes de séjour ont été délivrées au titre du regroupement familial et 10 % seulement pour des étrangers venant en France pour travailler."

(Michel Godet L'immigration doit être orientée vers le travail Valeurs actuelles)

Ensuite, une fois au chomage toute la famille reste vivre en France.

Selon Sérénade Chafik, assistance sociale, à Aulnay-sous-Bois il y a 445 familles immigrées sans aucun revenu du travail, interview publiée sur le site Penelopes
http://www.penelopes.org/xarticle.php3?id_article=6533

Selon un juge, qui se dit de gauche, chargé de l'immigration
"40 % des personnes régularisées au titre de la vie privée et familiale s'inscrivent au chômage"

"Il faut être aveugle ou extrémiste pour ne pas voir que, depuis 1974, nous avons découragé l'immigration de travail et encouragé l'immigration d'assistanat"

http://www.lepoint.fr/actualites-chroniques/2007-07-19/immigration-une-juge-en-colere/989/0/193067

Écrit par : luc | 02 novembre 2009

le constat des chiffres semble parlant, mais il y a aussi la réalité du sourire, du partage, du "bon moment", de la créativité, de la volonté d'avancer et tout ceci existe de plus en plus en seine-saint-denis. Alors certes, la réalité économique est ce qu'elle est, mais tout n'est pas si gris

Écrit par : laurent | 14 août 2010

Bonjour,

Dans le cadre de nos études, nous préparons actuellement un web documentaire à but non lucratif sur les stéréotypes des jeunes de banlieue. Nous avons constaté que la principale cause de cette stéréotypie des banlieue est liée aux médias.
En attendant la création de ce web documentaire, nous avons crée un groupe sur facebook
http://www.facebook.com/group.php?gid=104867759560886&ref=ts
Nous restons ouverts à toutes vos suggestions, critiques.

upwards

Écrit par : upwards | 17 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu